Octavia de la Vega


Née en 1978, Octavia découvre le Flamenco en 1998 en voyant un spectacle dans le cadre de la Fête de la Musique à Genève. Elle débute ainsi la danse avec Ana La China, auprès de qui elle évoluera plusieurs années. Octavia participe activement à des stages d'été avec Concha Vargas, Carmen Ledesma, Juan Polvillo, Curro Sendra et La Tati.


En 2001, Octavia part  pour la première fois en Andalousie, et découvrir l'enseignement de la tante de Farruquito : La Farraona 

à Séville. Puis,elle va à Jerez de la Frontera  où elle apprend à improviser por Buleria avec Ana Maria López.


Dès 2002, Octavia commence à danser en public. Ce n'est qu'en 2007 qu'elle s'engage vraiment dans la voie du Flamenco et monte avec d'autres artistes La Compañía Castaña, qui a mis en scène plusieurs représentations, notamment à  Planet Andalucia.


Après avoir vécu 2 ans à Jerez de la Frontera, Cádiz, où elle s'est imprégné surtout de Manuela Carpio, elle enseigne aujourd'hui à Genève et Martigny pour des groupes et des cours privés.

Melissa Olivet

Née à Genève, Melissa débute le Flamenco avec Ana La China, auprès de qui elle évoluera plusieurs années. Elle participe activement à de nombreux stages de danse avec Israel Galvan, Carmen Ledesma,  Curro Sendra et La Tati.

Elle enseigne actuellement à Genève.


Irène Gontan


Née à Malaga, débute dans le monde du flamenco des l'âge de 6 ans. Depuis elle acquiert de l'expérience en participant à plusieurs formations avec des danseurs professionels tel que : Rafael Amargo, Antonio « el Pipa », Manuel Guttierrez, Marcos Flores, Maria del Mar Moreno, Rafael de carmen, Manuel Reyes, Mercees Ruiz y Torombo.


Suite à sa formation continue et ses diverses expériences dans le monde du Flamenco, puis en donnant plusieurs spectacles sur la Costa del Sol et en Suisse, elle ressent l'envie de transmettre son savoir.


Elle a acquis une méthode pédagogique efficace et capable de transmettre cet art, qui est : le Flamenco.

Antonio Perujo

www.al-andalus.ch


A l'âge de 16 ans, alors qu'il assistait à une représentation du Ballet Nacional de España le désir d'intégrer une compagnie de danse est devenu un projet d'avenir. Pas facile cependant alors que l'on vit en dehors d'Espagne. Antonio fait alors des études commerciales, puis prend le chemin de la haute couture tout en nourrissant toujours le meme désir.


En 1997, c'est le premier pas vers la concrétisation de son rêve par la création du Ballet Flamenco Antonio Perujo. Il marque le véritable lancement de sa carrière professionnelle. Composé d'une sélection parmi les meilleures danseuses issues de l'école de danse, il s'entoure de grands musiciens internationaux. « Pasión Flamenca » sera la première création produite par le Ballet. Le spectacle reçoit un accueil enthousiaste du public ainsi que de bonnes critiques de la presse. Il confirme ses ambitions par le second spectacle « Sigue mi compás », qui reçoit un accueil tout aussi chaleureux. Le rêve devient réalité pour ce jeune chorégraphe.


En 2002, une nouvelle étape est franchie avec « Minotauro et Variación Flamenca ». Antonio a l'audace de mettre en scène le mythe du Minotaure en version flamenca. Lors de sa tournée à travers la Suisse ainsi qu'à Paris, où il tient l'affiche une semaine durant, il remporte un énorme succès. Puis ce sera « Cuadro Flamenco » en 2003, un hommage aux racines, puis une incursion dans le monde de l'Amérique latine avec sa dernière production « Al Son Latino » en tournée suisse en 2004.


Naissance d'un bailaor


Fils d'émigrés andalous, Antonio Perujo voit le jour en 1975 à Lausanne, Suisse. Tout petit déjà ses parents constatent son attirance vers le flamenco, qu'il manifeste lors des « Ferias » du Sud de l'Espagne. A cette période, il effectue ses premiers pas auprès de Paquita Nuevo Romero à Lausanne. Elle lui enseigne les bases du flamenco et du répertoire classique espagnol. Elle le confiera par la suite à son frère, Manuel Nuevo Romero, grand chorégraphe de flamenco, établit a Geneve. C'est à partir de ce moment-là que s'est révélée, à force de travail, sa passion pour le flamenco. Un bailaor est né ! 

Dès lors, Antonio enchaîne avec ardeur les stages en Andalousie, à Séville, Málaga, Cádiz et Jerez de la Frontera, berceau de flamenco où il travaille intensément avec les gitans et de grands maîtres bailaores comme Antonio Marquez, Manolo Marin, José Granero, Manolete, Antonio « El Pipa », Maria del Mar Moreno, Adrian Galia, Javier Latorre, « la Chiqui », « El Rin ». De plus, il complète, sa formation artistique par une base solide de danse classique, des stages de jazz moderne et, enfin, des cours d'art dramatique.


Chaque artiste et professeur qu'Antonio a côtoyés, au long de sa jeune carrière, n'ont manqué de constater la grande flamme qui l'habite et le don qu'il a pour la danse flamenca. Antonio Perujo est une des révélations du flamenco et une brillante carrière s'ouvre à lui.